Messages reçus en Bretagne | Partie 3

Troisième partie d’un article, qui relate par écrit, les messages que j’ai reçu lors de mon séjour en Bretagne cet été, dans le Finistère sud.

Pour vous expliquer les faits, étant d’origine bretonne je suis particulièrement attachée à ces terres depuis toute petite et ai toujours ressenti des énergies très fortes. Cette année, l’esprit d’une grand-mère bretonne a décidé de rester quelques jours à mes côtés pour me délivrer des messages, des connaissances. Elle m’a fait naviguer dans des énergies afin de me faire comprendre certaines choses, de cette énergie bretonne si particulière et des dimensions qu’elle couve.

Ces messages sont destinés à être partagés, voici ci-dessous la troisième partie des messages que j’ai reçu. (Lire la partie 1 ici et la partie 2 ici).

 

UN SOUPCON D’ENSEIGNEMENT CELTIQUE

Dans la sagesse celtique, la nature est d’une grande importance, c’est elle même qui a enseigné aux Celtes, nos ancêtres,  leurs savoirs, leur sagesse.

Pour les anciens, la nature est un exemple pour l’homme. La nature dans toute sa splendeur répond à un cycle de vie, la vie originelle.

Nos ancêtres passaient beaucoup de temps à observer la nature, pour en tirer des leçons de vie, et mettaient facilement en relation leur cycle intérieur avec celui de la nature. .

Pour chaque état qu’empruntait la nature, les saisons, ses comportements aux grés des éléments, les anciens prenaient conscience que cela correspondait aux états intérieurs de l’homme. Il était donc utile pour eux d’observer la nature pour comprendre et ressentir, le meilleur moyen de répondre à ce qu’il se passait à l’intérieur d’eux-mêmes.

Ainsi, ils prêtèrent une oreille plus attentive à cette nature, tout en respectant son état d’être. Ils ne cherchaient pas à la posséder, à la positionner à un état de supériorité, car ils savaient qu’ils possédaient en eux-mêmes, la faculté d’évoluer, de comprendre, et d’apprendre. Ils avaient juste besoin de se reconnecter à ce potentiel inné. La nature, par le simple fait d’être, leur montrait la voie.  Les anciens étaient dotés d’une grande capacité d’introspection. C’est en observant la nature, en se connectant à son mouvement, que les anciens comprenaient leur état intérieur, comment l’adoucir pour qu’il puisse acquérir, de nouveau,  sa puissance de vie.

La nature est une grande enseignante, sachons l’observer dans le présent, pour reprendre possession de notre rythme intérieur naturel. L’écoute de l’autre et l’écoute de soi étaient importantes pour les anciens. C’est cet état présent qui leurs a permis de naviguer dans le mouvement du temps, l’évolution universelle.

Que souhaitent-nous dire nos ancêtres ? « Il ne sert à rien de courir après la vie puisqu’elle est juste là devant nos yeux, il suffit de regarder la nature et tout votre corps est détendu ».

En me connectant à ces sagesses passées, j’ai reçu pleins d’autres messages de vie, de conseils pour insuffler à notre quotidien une part de ce que nos ancêtres souhaitent nous transmettre, et qui nous aide dans notre souhait d’évolution et de transmutation.

Ainsi sont nés les cahiers « Au Rythme De… » dont les parutions sont rythmées par les fêtes que nos ancêtres pratiquaient, pour découvrir le tout premier numéro, en lien avec l’équinoxe d’Automne et ce que cette période nous murmure, c’est par ici : Au Rythme De …

Iris

***Tout partage est bienvenu si le texte n’est ni tronqué, ni plagié et que la source (url du site) est clairement citée***

     

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.