Comprendre la notion d’enfant intérieur

Dans cet article, partons à la rencontre de la notion d’enfant intérieur. Vous avez surement dû croiser ce concept, de nombreuses fois, si vous êtes adeptes de développement personnel et spirituel, tellement il est traité comme principe de développement de soi. J’aimerai vous amener aux origines de la naissance de cette notion, qui n’est rien d’autre que de la psychanalyse. Une psychanalyse reconfigurée pour démocratiser cette notion, la rendre compréhensible de tous.

Qu’est-ce que l’enfant intérieur ? A quoi cette notion fait-elle référence ? Comment faire émerger, rassurer son enfant intérieur ? Ce sont à ces questions que nous allons répondre dans cet article.

 

Les origines de l’enfant intérieur

C’est dans les années 1940, que Carl Jung, psychiatre suisse, par simple observation des contes et légendes, dans lesquels l’enfant aux multiples exploits devient un héro, développe la notion d’individuation (un terme de psychologie analytique). L’individuation est un processus, qui nous pousse à créer la complétude en soi grâce aux capacités de transformation de l’enfant. Des capacités de transformation, que nous avons du mal à mettre en place une fois adulte.

Les théories de Jung sont par la suite reprises par de nombreux psychologues, thérapeutes, pour arriver à développer la notion d’enfant intérieur. Dès les années 60, cette notion a été établie pour parler des comportements puérils de l’adulte, qui font penser aux comportements d’un enfant. Cette déduction a permis de développer les théories des sous personnalités présentes chez l’être humain, l’enfant, l’adulte, le parent mais également l’arriviste, le tyran, le protecteur, l’artiste, le séducteur… Comme le démontrent Hal et Sidra Stone dans les années 90, avec l’élaboration de la méthode du « Dialogue Intérieur ». Ces sous personnalités empêcheraient notre moi profond de s’exprimer, occasionnant les sensations d’être une personne différente selon les circonstances et les personnes rencontrées. Le dialogue intérieur permettrait de retrouver nos sous-personnalités et de les accepter. Cette méthode s’intéresse particulièrement à l’enfant intérieur, dont les particularités et les richesses n’ont pas toujours été exploitées. Il s’agit de redonner toute l’importance à cet enfant, ces capacités transformatrices, notifiées par Carl Jung des années auparavant.

C’est ce que la spiritualité et le développement personnel s’attardent à faire actuellement. Nous en déduisons donc, que la notion d’enfant intérieur n’est pas nouvelle, et qu’elle s’insère davantage dans une dimension psychologique que mystique. La spiritualité et le développement personnel ne sont que des outils extérieurs pour rétablir une harmonie dans nos différentes personnalités inconscientes.

 

Qu’est-ce que l’enfant intérieur?

L’enfant intérieur est une de nos sous personnalités inconscientes, une partie de nous, qui est resté au stade de l’enfance, toujours imprégné des situations et émotions vécues. Mais l’enfant intérieur c’est aussi cette partie de nous qui sait vivre, jouer, s’amuser, aimer, qui est créative…

Un enfant ne vit que par ses émotions et ses ressentis, il n’a pas encore développé les capacités intellectuelles d’interprétation des différentes émotions telles que la colère, la peur, la joie…

Lorsque ces émotions deviennent trop intenses pour l’enfant, qui se retrouve dans l’incapacité à traiter ces informations, celles-ci sont placées dans l’inconscient, cette zone dans notre cerveau qui sert de stockage à nos souvenirs. C’est ce qu’on appelle le processus de refoulement.

Ces émotions, et la situation qui les a déclenché, deviennent un souvenir inconscient qui peut ressurgir à tout moment de la vie, lorsqu’une situation à un âge plus avancé rappelle la situation vécue durant l’enfance. C’est alors l’inconscient qui se met en route, rembobinant et appliquant au grand jour son mécanisme de défense acquis durant l’enfance. C’est ainsi que naissent les comportements puérils des adultes. Des réactions exagérées, qui témoignent d’un fort émotionnel non maitrisé, sont tout simplement l’enfant blessé en soi qui refait surface.

Toute réaction comme les excès de colère, de peur, de tristesse, peuvent être des indices d’un souvenir de l’enfance enfoui, incompréhensible par l’intellect mais détectable par l’émotionnel.

Gardons un œil attentif sur nos émotions, elles sont une boussole précieuse pour dégoter une blessure, et pour nous permettre de l’apaiser.

L’enfant intérieur c’est aussi cette partie joyeuse de nous que nous avons mis sous le tapis, dans les mémoires de l’inconscient, à cause de situations qui ne nous ont pas mis suffisamment en confiance pour exprimer l’enfant en nous sans le réprimer.

 

Retrouver son enfant intérieur

C’est un cheminement complexe, qui demande du temps et un bon accompagnement. Retrouver son enfant intérieur, n’est pas aussi simple que de lui murmurer des mots d’amour pour le rassurer, comme certains thérapeutes aiment le penser.

Si nous résonnons de façon logique, partir dans une dynamique de thérapie en profondeur demande d’adopter une approche et d’utiliser des outils qui vont en ce sens. Aussi si l’on souhaite se libérer de ce qui nous pèse dans notre vie d’adulte, il est toujours intéressant, à un moment ou un autre, d’aller à la rencontre de ce qui bloque et de ce qui a créé ce blocage ; d’aller à la rencontre de cette partie de nous, cet enfant, qui a un moment s’est mis en mode protection.

Aller à la rencontre ne signifie pas confronter, combattre, mais aller observer cette partie de nous, l’écouter, la laisser vivre, pour qu’elle puisse libérer l’énergie, l’émotion ensevelie dans l’inconscient depuis tant d’années.

Dès lors que cette première phase d’exploration est enclenchée, nous pouvons alors commencer à rassurer cette partie de nous. A titre d’exemple, lorsque de fortes émotions montent dans un contexte relationnel, il arrive dans la majorité des cas, que lorsque les émotions sont exprimées, un climat de calme et d’écoute s’installe. Notre enfant intérieur, et toute autre partie inconsciente en nous, agissent de la même manière. Elles ont besoin de s’exprimer pour atteindre un second palier qui est celui de l’écoute.

L’écoute dont a besoin un enfant est bien souvent, une écoute maternelle, une mère qui rassure son enfant, le sert dans ses bras, lui dit que «ca va aller ». Nous avons tous cette énergie de mère en nous, et nous pouvons l’utiliser envers nous-même pour nous rassurer, nous aimer.

Cette étape nous permet de faire émerger en nous une paix intérieure, un sentiment de légèreté, cela est signe que notre enfant intérieur se libère de ses poids et que nous commençons à faire la paix avec les expériences du passé, et les personnes qui y ont été impliquées.

Nous commençons aussi à faire émerger le véritable enfant à l’intérieur de nous. Cet enfant qui s’amuse qui aime la vie, qui ose rire, faire des blagues, profiter de la vie… Bref, il suffit d’observer un enfant dans un square pour se faire une idée de comment pourrait s’exprimer notre enfant intérieur :). Lorsque nous libérons notre enfant nous libérons également ses qualités créatives, son imagination, qui lui fait créer des choses inconcevables pour les adultes, irréelles et pourtant… C’est cette créativité de notre enfant intérieur qui nous fait réaliser des exploits à l’âge adulte, qui nous pousse à créer ce qu’il y a dans notre imaginaire, toutes ses envies que nous n’osons regarder…

Et vous, ressentez-vous votre enfant intérieur ?

Iris

***Tout partage est bienvenu si le texte n’est ni tronqué, ni plagié et que la source (url du site) est clairement citée***

     

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.